Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

121 Épistémologie (la vérité ; théories de la cohérence, connaissance, correspondance)
Lien interne Voir citations
Lien interne Guidal (Philippe), « Réflexion philosophique sur un verset johannique », Regnat, n. 7, 15 mai 2006, pp. 2-7.
121.5 Doute, négation

« Le doute est comme le châtiment d’une trop grande confiance dans la raison individuelle. »

Nisard (Désiré), Histoire de la littérature française, Paris, Firmin-Didot, 1874 (5e édition), t. III, p. 221.

121.63 Certitude, probabilité

« En 1712 […], Élie Benoist, pasteur de l’Église wallonne de Delft, écrivit contre [Pierre Bayle] quelques pages qui, sans être d’une plénitude parfaite, contiennent du moins de la substance. Avec la méthode que Bayle emploie au sujet des comètes, dit Élie Benoist, avec la méthode qui exige l’évidence absolue et récuse tout témoignage, on peut prouver qu’il n’est pas l’auteur de son Dictionnaire. Il le dit : mais quelle preuve m’offre-t-il de sa bonne foi ? – Il le jure : mais je veux de la précision et de l’évidence, et il y a des serments frauduleux. – Il me produira ses amis, qui déposeront qu’il est honnête homme : mais encore faudrait-il prouver la bonne foi de ses amis. – Il m’alléguera le libraire, le compositeur, le correcteur : mais je mettrai en doute la bonne foi des témoins, et de témoin en témoin, je ferai voir qu’avant que j’aie sujet de croire M. Bayle, il faut une assemblée générale de tout le genre humain.

« C’est qu’il y a des cas où l’homme doit se contenter d’une démonstration morale ; et le défaut de la méthode de Bayle est de vouloir s’étendre à toute l’âme, et à toute la vie. La démonstration morale, qui comporte quelques obscurités et quelques ombres, permet de choisir, de rejeter, d’agir, de vouloir. “Les démonstrations exactes sont si rares et si difficiles à trouver, qu’elles ne peuvent être de nul usage dans les choses où la nécessité de la vie impose la nécessité d’agir ; et que si on prétendait que, pour choisir, il fallût avoir des raisons à l’épreuve de toutes les objections qu’un subtil philosophe pourrait faire, il faudrait renoncer à presque toutes les fonctions de la vie. Les Arts, les Sciences, les Sociétés, les Lois, le Commerce, n’ont point d’autre fondement que de semblables démonstrations.” Et la religion s’appuie sur elles… »

Hazard (Paul), La crise de la conscience européenne. 1680-1715, Paris, Fayard, collection « Le Livre de poche références », 1961 (édition 1994), p. 154.

121.686 Herméneutique philosophique
Lien interne Voir citations
123.5 Liberté (libre-arbitre)

« Tels sont […] les êtres qui sont contraints par la loi de nature : ils sont conduits indépendamment de tout choix vers ce que juge bon la nature. […] Le feu chauffe par nature et non par choix et […] il est par nécessité incapable d’accepter le froid, puisqu’il est privé en vertu de la loi de la nature de la communauté avec lui. »

S. Basile de Césarée, Contre Eunome, II, 30, 22-26 (traduction de Bernard Sesboüé, Paris, Cerf, collection « Sources chrétiennes », n. 305, 1983, p. 127).

128 Anthropologie philosophique (genre humain, nature et origine de la vie humaine, philosophie et psychologie de la vie humaine)
Lien interne Voir citations
Logo Observatoire de la théorie du genre
128.1 L’âme
Lien interne Voir citations
128.2 L’esprit (relations entre l’esprit et le corps)

« L’homme est composé de matière et d’esprit ; l’animalité vient aboutir en lui, et l’ange commence à lui. De là cette lutte que nous éprouvons tous entre une destinée future que nous pressentons et les souvenirs de nos instincts antérieurs dont nous ne sommes pas entièrement détachés : un amour charnel et un amour divin. Tel homme les résout en un seul, tel autre s’abstient ; celui-ci fouille le sexe entier pour y chercher la satisfaction de ses appétits antérieurs, celui-là l’idéalise en une seule femme dans laquelle se résume l’univers ; les uns flottent indécis entre les voluptés de la matière et celles de l’esprit, les autres spiritualisent la chair en lui demandant ce qu’elle ne saurait donner. »

Balzac (Honoré, de), Le lys dans la vallée, III (Paris, Bookking International, collection « Classiques français », 1993, p. 199).

128.3 Attributs et facultés de l’être humain (désir, entendement, imagination, intelligence, mémoire, pensée, volonté)
Lien interne Voir citations
128.33 Raison, rationalité
Lien interne Voir citations
128.46 Amour
Lien interne Voir citations
128.5 La mort
Lien interne Voir citations