Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

121.686 Herméneutique philosophique

« Originellement, herméneuein renvoie à Hermès, le messager des dieux, et signifie faire connaître la volonté d’un autre, l’expliquer et la traduire. »

Eicher (Peter), La théologie comme science pratique, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Bagot, Paris, Cerf, collection « Cogitatio Fidei », 1982, p. 238.

« Le mot “herméneutique” (du grec hermenéia, interprétation) désigne l’art, la technique de l’interprétation (ars interpretandi) et les règles connexes (regulae interpretandi), qui servent de guides à l’art d’interpréter les textes classiques (herméneutique littéraire), les textes bibliques (herméneutique biblique), les canons et textes législatifs (herméneutique juridique). Le terme grec “herméneutique” apparaît assez tard, aux XVIIe et XVIIIe siècles, à la place du mot latin interpretatio, mais la théorie patristique du sens littéral et du sens allégorique de l’Écriture, la théorie médiévale des quatre sens de l’Écriture, la théorie de la Réforme de la Scriptura sui ipsus interpres (l’Écriture est sa propre interprète) sont de véritables théories herméneutiques. Dans le domaine biblique, on affirme alors la distinction entre exégèse et herméneutique, même si les deux termes sont sémantiquement équivalents ; par exégèse, on entend la pratique de l’interprétation, l’interprétation pratique d’un texte biblique ; par herméneutique, on entend au contraire la théorie, l’ensemble des règles qui président à l’interprétation du texte biblique : l’herméneutique est la théorie de l’exégèse. »

Gibellini (Rosino), Panorama de la théologie au XXe siècle, traduction par Jacques Mignon, Paris, Cerf, collection « Théologies », 1994, pp. 63-64.

« L’herméneutique interprète et découvre le sens d’un signe. Le sens de quelque chose (d’un texte, d’un acte, d’un comportement, etc.) n’est en effet pas toujours donné, explicite : il est souvent caché ou travesti. Quelque chose peut n’avoir en apparence aucune signification et en réalité receler un sens, ou encore le sens apparent de quelque chose peut n’être pas son sens profond et vrai.

« 1) Les conditions de l’herméneutique

« Toute herméneutique implique :

« 2) Le “cercle” herméneutique

« L’herméneutique vise à rendre clair ce qui était obscur, cohérent ce qui était confus. Mais par quels critères objectifs peut-elle prouver que le sens qu’elle dégage est bien le sens vrai ? En effet :

« En outre, une herméneutique se réservant par définition la possibilité d’interpréter tout fait, aucun fait ne pourra lui être opposé pour la réfuter, puisqu’elle pourra toujours interpréter ce fait dans son sens (c’est ce qu’on a pu objecter à la psychanalyse). »

Matton (Sylvain), Philosophie, Aide-mémoire, Paris, Hachette, collection « Faire le point Bac », 1983, p. 67.

« Quoi ! Il faudrait comprendre une œuvre exactement comme l’époque qui l’a produite ? Mais on en tire plus de joie, plus d’étonnement et même plus d’enseignement si on ne la comprend justement pas ainsi ! N’avez-vous pas remarqué que toute œuvre nouvelle et belle possède sa moindre valeur tant qu’elle reste exposée à l’atmosphère humide de son temps, – précisément parce qu’elle est encore trop chargée de l’odeur du marché, de la polémique, des plus récentes opinions et de tout l’éphémère qui périt du jour au lendemain. Plus tard elle se dessèche, son “actualité” se dissipe – alors seulement elle reçoit son éclat profond et son parfum et même, si elle y est destinée, son calme regard d’éternité. »

Nietzsche (Friedrich), Aurore. Pensées sur les préjugés moraux, § 506 (traduit de l’allemand par Julien Hervier, Paris, Gallimard, collection « Folio/Essais », 1989, p. 260).