Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

160 Logique (contrefactuels, logique des questions, modalité, négation, propositions, raisonnement, science du raisonnement, tables de vérité, vérité)

« Les propositions vraies et évidentes sont nécessairement utilisées par ceux qui les contredisent. Et l’on pourrait presque donner comme la preuve la plus forte de l’évidence d’une proposition le fait qu’il soit reconnu comme nécessaire, même par celui qui la contredit, de s’en servir. Par exemple, si l’on contredit la proposition suivante : il y a quelque affirmation universellement vraie, il est clair qu’on devra poser l’assertion contraire : rien n’est universellement vrai. Esclave, cela non plus ne l’est pas. Car, à quoi revient cet aveu, sinon à dire : s’il y a quelque affirmation universelle, elle est fausse ? Survienne encore un individu qui prononce : “Sache qu’on ne peut rien savoir, mais que tout est incertain”, ou un autre qui déclare : “Crois-moi, et tu y gagneras : on ne doit en aucune façon croire un homme”, ou bien un troisième : “Apprends de moi, homme, qu’on ne peut rien apprendre. C’est moi qui te le dis et qui te l’enseignerai, si tu le désires.” En quoi diffèrent de ces gens-là ceux – (qui vais-je dire ?) – ceux qui se parent du titre d’Académiciens : “Hommes, donnez votre assentiment à cette thèse que personne ne doit donner son assentiment ; croyez-nous : on ne peut croire personne.” »

Épictète, Entretiens, II, XX, 1-5 (traduction par Joseph Souilhé, Paris, Gallimard, collection « Tel », 1999, p. 158).

166 Syllogismes
Lien interne Voir citations
169 Analogie
Lien interne Voir citations