Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

177.62 Amitié

« Une bouche agréable multiplie les amis, une langue affable attire maintes réponses aimables. Que soient nombreuses tes relations, mais pour les conseillers prends-en un entre mille. Si tu veux te faire un ami, commence par l’éprouver et ne te hâte pas de te confier à lui. Car tel lie amitié lorsque ça lui chante, qui ne restera pas fidèle au jour de ton épreuve. Tel est ami qui se change en ennemi et qui va dévoiler votre querelle pour ta confusion. Tel est ami et s’assied à ta table, qui ne restera pas fidèle au jour de l’épreuve. Dans ta prospérité il sera un autre toi-même, parlant librement à tes serviteurs, mais dans ton abaissement il se tournera contre toi et évitera ton regard. Éloigne-toi de tes ennemis et garde-toi de tes amis. Un ami fidèle est un puissant soutien : qui l’a trouvé a trouvé un trésor. Un ami fidèle n’a pas de prix, on ne saurait en estimer la valeur. Un ami fidèle est un baume de vie, le trouveront ceux qui craignent le Seigneur. Qui craint le Seigneur règle bien ses amitiés, car tel on est, tel est l’ami qu’on a. »

Si 6 5-17

« N’échange pas un ami contre de l’argent, ni un vrai frère pour l’or d’Ophir. »

Si 7 18

« N’abandonne pas un vieil ami, le nouveau venu ne le vaudra pas. Vin nouveau, ami nouveau, laisse-le vieillir, tu le boiras avec délices. »

Si 9 10

« Dans la prospérité on ne peut reconnaître le véritable ami, et dans l’adversité l’ennemi ne peut se cacher. Quand un homme est heureux, ses ennemis ont du chagrin ; quand il est malheureux, même son ami l’abandonne. »

Si 12 8-9

« Va trouver ton ami : peut-être n’a-t-il rien fait, et s’il a fait quelque chose il ne recommencera pas. […] Va trouver ton ami, car on calomnie souvent, ne crois pas tout ce qu’on te dit. »

Si 19 13.15

« L’insensé dit : “Je n’ai pas un ami, de mes bienfaits nul ne me sait gré ; ceux qui mangent mon pain ont mauvaise langue.” Tant de gens, si souvent, se gaussent de lui ! »

Si 20 16-17

« Tel par timidité fait des promesses à son ami et s’en fait un ennemi sans motif. »

Si 20 23

« En frappant l’œil on fait couler des larmes, en frappant le cœur on fait apparaître les sentiments. Qui lance une pierre sur des oiseaux les fait envoler, qui fait un reproche à son ami tue l’amitié. Si tu as tiré l’épée contre ton ami, ne te désespère pas : il peut revenir ; si tu as ouvert la bouche contre ton ami, ne crains pas : une réconciliation est possible, sauf le cas d’outrage, mépris, trahison d’un secret, coup perfide, car alors tout ami s’en ira. Gagne la confiance de ton prochain dans sa pauvreté afin que, dans sa prospérité, tu jouisses avec lui de ses biens ; aux jours d’épreuve demeure-lui fidèle afin de recevoir, s’il vient à hériter, ta part de l’héritage. Précédant les flammes on voit la vapeur du brasier et la fumée ; ainsi, précédant le sang, les injures. Je n’aurai pas honte de protéger un ami et de lui je ne me cacherai pas ; et s’il m’arrive du mal par lui, tous ceux qui l’apprendront se garderont de lui. »

Si 22 19-26

« Il est trois choses qui charment mon âme, qui sont agréables à Dieu et aux hommes : l’accord entre frères, l’amitié entre voisins, un mari et une femme qui s’entendent bien. »

Si 25 1

« Qui révèle les secrets perd son crédit et ne trouve plus d’ami selon son cœur. Envers ton ami sois affectueux et confiant, mais si tu as révélé ses secrets ne cours plus après lui ; car, comme on supprime un homme en le tuant, tu as tué l’amitié de ton prochain. Comme on ouvre la main et l’oiseau s’envole, tu as perdu ton ami, tu ne le rattraperas pas. Ne le poursuis pas : il est loin, il s’est enfui comme la gazelle échappée au filet. Car on panse une blessure, on pardonne une injure, mais pour qui a révélé un secret, plus d’espoir. »

Si 27 16-21

« Tout ami dit : “Moi aussi je suis ton ami”, mais tel n’est ami que de nom. N’est-ce pas pour un homme un chagrin mortel qu’un camarade ou un ami qui devient ennemi ? O mauvais penchant, pourquoi as-tu été créé, pour couvrir la terre de malice ? Le camarade félicite un ami dans le bonheur et au moment de l’adversité se tourne contre lui. Le camarade compatit avec son ami par intérêt et au moment du combat prend les armes. N’oublie pas ton ami dans ton cœur, ne perds pas son souvenir au milieu des richesses. »

Si 37 1-6

« Tels sont les hommes : avez-vous du succès, ils vous accueillent, vous portent, vous caressent, ils s’honorent de vous ; mais gardez de broncher dans la carrière : au moindre échec, ô mes amis ! souvenez-vous qu’il n’est plus d’amis. »

Beaumarchais (Pierre-Augustin Caron, de), « Lettre modérée sur la chute et la critique du “Barbier de Séville” » (Le barbier de Séville, Paris, Larousse, collection « Nouveaux classiques Larousse », 1959 (édition 1965), p. 30.

« Tous ne sont pas si attachés aux rois
« qu’ils leur restent fidèles jusque dans le malheur. »

Euripide, Alceste (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 38).

« C’est l’adversité qui atteste le mieux les sentiments des gens d’honneur. La félicité n’a que des amis. »

Euripide, Hécube (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 395).

« Qu’est-ce donc que l’amitié ? La contemplation de soi-même par l’ami en Dieu. »

Florensky (Paul), La colonne et le fondement de la vérité. Essai d’une théodicée orthodoxe en douze lettres, traduit du russe par Constantin Andronikof, Lausanne, L’Âge d’Homme, collection « Slavica », 1975, p. 280.

« On ne connaît que les choses que l’on apprivoise […]. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. »

Saint-Exupéry (Antoine, de), Le Petit Prince, XXI, Gallimard, collection « Folio junior », 1946, (édition 1984), p. 69.