Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

177.7 Amour (affection, bienveillance, bonté, charité, libéralité, philanthropie)

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Mt 22 39 ; Mc 12 31 ; Lc 10 27.

« L’amour vrai, l’amour saint et dévoué d’une femme a d’autres plaisirs que ceux qui s’achètent au marché de la prostitution. »

Balzac (Honoré, de), La cousine Bette (Paris, Bookking International, collection « Classiques français », 1993, p. 290).

« Aimer une jeune fille ou se laisser aimer par elle constitue un vrai contrat dont les conditions doivent être bien entendues. Nous sommes maîtres d’abandonner la femme qui se vend, mais non pas la jeune fille qui se donne : elle ignore l’étendue de son sacrifice. »

Balzac (Honoré, de), La peau de chagrin (Paris, Flammarion, s.d., p. 102).

« Nous n’avons qu’un honneur, il est tant de maîtresses !
« L’amour n’est qu’un plaisir, l’honneur est un devoir. »

Corneille (Pierre), Le Cid, III, 6, vv. 1058-1059 (Paris, Larousse, collection « Nouveaux classiques Larousse », 1970, p. 96).

« L’amour sans la vérité : du flirt.
« La vérité sans l’amour : du bluff. »

Daniel-Ange, Ton corps fait pour l’amour, Paris, Fayard, collection « Lumière », 1988 (2e édition), p. 39.

« L’héroïsme est la vraie réponse à l’érotisme. »

Daniel-Ange, Ton corps fait pour l’amour, Paris, Fayard, collection « Lumière », 1988 (2e édition), p. 47.

« À ne rien pardonner le pur amour éclate. »

Molière, Le Misanthrope, II, 4, v. 702 (Paris, Larousse, collection « Classiques Larousse », 1990 [édition 1995], p. 74).

« La scolastique parviendra à la juste définition de l’amour, qui n’est point idolâtrie, de soi ni de quiconque, mais qui est amour du bien pur et simple, où se retrouvent associés merveilleusement toutes les composantes de la nature et de la grâce, l’amour de soi et des autres et de Dieu. »

Nantes (Georges, de), « Le conflit de la raison, de la passion et de la grâce », La Contre-Réforme catholique au XXe siècle, n. 93, juin 1975, p. 12.

« Le Mariage, vainqueur de l’amour. »

Proudhon (Pierre-Joseph), De la justice dans la Révolution et dans l’Église, t. III, 9e étude, ch. VIII, liv (réédition : Paris, Fayard, collection « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1990, p. 1740).