Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

179.8 Défauts, fautes, vices (colère, convoitise, envie, haine, jalousie, orgueil, paresse, tricherie, etc.)

« […] ce n’est pas le tout de sçavoir la vertu,
« Il faut cognoistre aussi le vice revestu
« D’un habit vertueux, qui d’autant plus offence
« Qu’il se montre honorable, et a belle aparance. »

Ronsard (Pierre, de), Institution pour l’adolescence du Roy treschrestien Charles neufviesme de ce nom, vv. 79-82 (Discours. Derniers vers, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 69).

Coquetterie

« Être coquette […] c’est se promettre à plusieurs et ne pas se donner. Se donner à tous est du libertinage. »

Balzac (Honoré, de), La duchesse de Langeais (s.l., Au Sans Pareil, collection « La Bibliothèque des chefs-d’œuvre », 1996, p. 80).

Curiosité

« La curiosité […] ne se préoccupe […] pas de voir pour comprendre ce qu’elle voit, c’est-à-dire pour nouer avec ce qui est vu un rapport d’être ; elle [veut] seulement voir, pour voir. Elle ne cherche ce qui est nouveau que pour sauter de lui, à nouveau, vers ce qui est encore nouveau. Ce souci de voir ne s’occupe ni de saisir ni de savoir pour être dans la vérité, il ne s’agit en lui que des possibilités de s’abandonner au monde. C’est pourquoi la curiosité se caractérise par une incapacité spécifique de demeurer auprès de quoi que ce soit qui s’offre à elle. Elle ne recherche donc jamais le loisir de la demeure théorique, mais l’agitation et l’excitation qu’engendrent le renouvellement et la mutation des étants rencontrés. La curiosité se procure, par cette instabilité, la possibilité constante de la distraction. Elle n’a rien de commun avec la considération admirative de l’étant, le thaumázein ; elle n’a point le souci d’être amenée par l’étonnement à comprendre qu’elle ne comprend pas : elle veut se procurer un savoir, mais seulement pour l’avoir su. Ces deux moments constitutifs de la curiosité, l’incapacité de demeurer dans le monde de la préoccupation et la dispersion en des possibilités toujours nouvelles, fondent le troisième moment essentiel de ce phénomène : une agitation incessante. La curiosité est partout et nulle part. Ce monde de l’être-au-monde révèle ainsi un nouveau mode de ce déracinement constant, qui est caractéristique de l’être de l’être-là quotidien. »

Heidegger (Martin), L’être et le temps, § 36, traduction par Rudolf Boehm et Alphonse de Waelhens, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque de philosophie », 1964, p. 212.

Duplicité

« Ma bouche a juré, non mon cœur. »

Euripide, Hippolyte, v. 612 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1969, p. 219).

Orgueil

« L’orgueil convient à des dieux qui ont pour eux l’Éternité, mais il est bien funeste aux pauvres créatures qui ne peuvent même pas compter sur le lendemain. »

Rebell (Hugues), La femme qui a connu l’Empereur, IV (Paris, Union Générale d’Éditions, collection « 10/18 », 1979, p. 48).