Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

187 Épicurisme

« Il n’est pas possible de vivre heureux sans être sage, honnête et juste, ni d’être sage, honnête et juste sans être heureux. Celui qui est privé d’une de ces choses, comme, par exemple, de la sagesse, ne peut pas vivre heureux, même s’il est honnête et juste. »

Épicure, Maximes fondamentales, V (traduction de Maurice Solovine, Paris, Nathan, collection « Les Intégrales de Philo », 1998 [édition 2001], p. 112).

« Parmi les désirs, il y en a qui sont naturels et nécessaires, d’autres qui sont naturels mais non nécessaires, d’autres enfin qui ne sont ni naturels ni nécessaires, mais des produits d’une vaine opinion. »

Épicure, Maximes fondamentales, XXIX (traduction de Maurice Solovine, Paris, Nathan, collection « Les Intégrales de Philo », 1998 [édition 2001], p. 114).

« Personne ne choisit le mal délibérément, mais étant séduit par lui parce qu’il se présente sous la forme du bien, et perdant de vue le mal plus grand qui en sera la suite, on se laisse prendre au piège. »

Épicure, Sentences vaticanes, 16 (traduction de Maurice Solovine, Paris, Nathan, collection « Les Intégrales de Philo », 1998 [édition 2001], p. 115).

« On peut se mettre en sûreté contre toutes sortes de choses mais, en ce qui concerne la mort, nous habitons tous, tant que nous sommes, une cité sans défense. »

Épicure, Sentences vaticanes, 31 (traduction de Maurice Solovine, Paris, Nathan, collection « Les Intégrales de Philo », 1998 [édition 2001], p. 116).

« Il est inutile de demander aux dieux ce qu’on peut se procurer par soi-même. »

Épicure, Sentences vaticanes, 65 (traduction de Maurice Solovine, Paris, Nathan, collection « Les Intégrales de Philo », 1998 [édition 2001], p. 118).

« Aide-toi, le Ciel t’aidera. »

La Fontaine (Jean, de), « Le chartier embourbé », Fables, VI, 18.

« Ne pas agir et attendre de Dieu quelque secours, alors que l’on peut s’aider par ses propres moyens, c’est être insensé et tenter Dieu. »

S. Thomas d’Aquin, Somme contre les gentils, III, cxxxv (traduction par Marie-Joseph Gerlaud, Paris, Cerf, 1993, p. 711).

« C’est donc dans les dangers et les épreuves qu’il convient de juger l’homme ; c’est l’adversité qui nous révèle ce qu’il est : alors seulement la vérité jaillit du fond du cœur ; le masque s’arrache, la réalité demeure. »

Lucrèce, De la nature, III, 55-58 (traduction par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1935, p. 100).

« Nam faciunt homines plerumque cupidine caeci,
« et tribuunt ea quæ non sunt his commoda vere. »

(C’est le défaut le plus fréquent chez tous les hommes aveuglés par la passion, d’attribuer à celles qu’ils aiment des mérites qu’elles n’ont pas.)

Lucrèce, De la nature, IV, 1153-1154 (traduction par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1964 [nouvelle édition], t. II, p. 45).