Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

Sermon pour le jour de Noël

(Liturgie de la Parole : Is 52 7-10 ; Ps 97 ; He 1 1-6 ; Jn 1 1-18)


Frères et sœurs,

Nous voici rassemblés pour célébrer un événement tellement extraordinaire qu’il est à craindre que nous n’en percevions que très difficilement, voire seulement superficiellement, la réalité absolument merveilleuse…

…tant il est vrai que si le Verbe S’est fait Chair [1],

…le monde ne L’a cependant pas reconnu [2]…!

« Il est venu chez les Siens, et les Siens ne L’ont pas reçu [3] »…!

Pour beaucoup, le Christ est venu pour rien… même s’ils se pressent dans les églises en ces jours de fête, et a fortiori s’ils se contentent d’un bon réveillon. La plupart de ces derniers demeurent étrangers à la joie des Anges et des humbles bergers, parce qu’ils n’osent pas croire une chose aussi impossible à imaginer : le Créateur est venu épouser Sa création…! Lui par Qui tout s’est fait et sans Qui rien ne s’est fait, Lui qui est la Vie et la Lumière des hommes [4] ! Mais à ceux qui, à la voix du messager de la Bonne Nouvelle annonçant le Salut, éclatent en un seul cri de Joie, « un seul cri de joie [5] » parce qu’ils ne font désormais plus qu’« un » grâce au pardon reçu et donné du Rédempteur des hommes, à ceux qui croient en Son Nom, Dieu donne de pouvoir devenir enfants de Dieu [6]

Devenir enfant de Dieu, personne ne le peut, à moins d’avoir écouté la voix des guetteurs et leur appel retentir. Certes, beaucoup de jeunes n’ont pas reçu de catéchèse, et beaucoup en ont reçu une mauvaise. Mais cela n’explique pas tout : manque le témoignage d’une vie proche où jaillit sans cesse la joie apportée au monde par la naissance du Fils de Dieu : « Éclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem [7] » ! Si âgés ou abattus que nous soyons, il n’est plus possible de ne pas déborder de joie ! Même si notre vie ne nous apparaissait plus que comme un tas de ruines, voici que Dieu, Se faisant semblable à nous, vient nous restaurer en une condition qui surpasse tout ce que l’on peut imaginer : ayant accompli la purification des péchés, Il fait de nous Ses enfants ! Enfants de Dieu, nous le sommes ! Que désirer de plus ? Qui peut dès lors dire qu’il n’est pas assez riche, assez beau, assez jeune, assez aimé ? Comment ne pas « éclater en cris de joie [8] » ? « Que résonnent le monde et tous ses habitants [9] » !

Pour saisir un tant soit peu l’immensité de la joie qui nous est offerte avec la Naissance incomparable de Jésus, il faut nous rappeler qu’en dehors de la purification de nos péchés accomplie par Jésus, nous sommes irrémédiablement pécheurs et voués au feu de l’enfer… Par le péché, l’humanité a voulu se faire Dieu… Aussi, pour sauver l’humanité, Dieu a-t-Il dû Se faire Homme… Que cette Bonne Nouvelle ne soit pas un mythe ou une légende, preuve en est la Révélation donnée déjà dans le passé à Israël par les prophètes, mais aussi, dans toutes les traditions religieuses de l’humanité, l’espérance en l’intervention secourable d’une divinité bienveillante… C’est là la trace de la Promesse que Dieu a faite à Adam et Ève, dont l’homme n’aurait jamais pu avoir l’idée, et qui, en dépit des déformations qui ont affecté sa transmission, s’est conservée jusqu’à nos jours…

Nous n’aurions jamais pu imaginer ce que l’Amour de Dieu a fait pour nous en nous donnant pour Sauveur Jésus-Christ. « Il vient combler et même dépasser l’espérance des nations », dit la préface de la solennité de l’Annonciation… C’est pourquoi personne en dehors de l’enseignement de l’Église ne connaît qui est Jésus-Christ… Jésus-Christ n’est pas le grand Sage que vénèrent les philosophes. Il n’est pas le précurseur des révolutionnaires, ni le premier communiste. Il n’est pas un prophète, comme le croient les musulmans, ni une manifestation de Dieu, comme le considèrent le Brahmanisme, le New-Age et tous les courants ésotériques. Il n’est pas le Grand Initié qu’imagine la Franc-maçonnerie. Tous ces gens ne reconnaissent pas que Jésus est Dieu. Sinon, ils seraient chrétiens… Vénérer Jésus-Christ, ce n’est pas L’adorer !… Seule la Révélation Le fait connaître, et seule la Foi Le connaît. Seuls ceux qui, avec les Bergers et les Mages, adorent Jésus-Christ sont chrétiens. Ne sont pas enfants de Dieu ceux qui sont nés de la chair et du sang [10], c’est-à-dire de l’union légitime de l’homme et de la femme dans le mariage, ni ceux qui sont nés d’une volonté charnelle [11], c’est-à-dire en dehors du mariage, et pas davantage ceux qui sont nés d’une volonté d’homme [12], que ce soit par la fivète, ou, un jour, malheur ! par le clonage. Ils ne sont pas enfants de Dieu, tout simplement parce que le Don de Dieu n’est pas à mesure humaine… et qu’il dépasse toute espérance. Seuls sont enfants de Dieu ceux qui renaissent par le Baptême et qui gardent le Trésor de la Vie divine jusqu’à leur mort – laquelle est alors leur naissance à la Vie éternelle… Ceux-là deviennent enfants de Dieu comme seul Jésus est Enfant de Dieu ! Jésus l’est par nature et Ses disciples le deviennent par grâce. Ce que saint Jean exprime ainsi : « Nous avons eu part à Sa Plénitude. La grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ [13]. »

Jésus-Christ n’est venu au monde que pour naître en nos âmes, et qu’ainsi nous devenions enfants de Dieu. Si nous fêtons la Naissance de Jésus-Christ comme un événement extérieur à notre vie, alors, avec le monde, nous ne reconnaissons pas Jésus-Christ. Accueillir véritablement Jésus-Christ pour Celui qu’Il est, c’est tenir à son sujet quatre affirmations aussi solidement que les quatre directions de Sa Croix ont dessiné le signe du Salut.

Jésus-Christ n’est donc pas une personne humaine, mais une Personne divine…

Nous ne pouvons pas comprendre que Jésus-Christ n’est pas une personne humaine… C’est pourquoi seuls ceux qui croient en Son Nom peuvent devenir enfants de Dieu [16] ! Joyeux et saint Noël à vous qui croyez qu’en cette nuit Dieu S’est fait Homme !

1. Cf. Jn 1 14.

2. Cf. Jn 1 10.

3. Jn 1 11.

4. Cf. Jn 1 3-4.

5. Is 52 8.

6. Cf. Jn 1 12.

7. Is 52 9.

8. Ibid.

9. Ps 97 7.

10. Cf. Jn 1 13.

11. Ibid.

12. Ibid.

13. Jn 1 16-17.

14. Jn 1 1.

15. Jn 1 14.

16. Cf. Jn 1 12.