Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

Sermon pour le cinquième Dimanche de Pâques (année B)

(Liturgie de la Parole : Ac 9 26-31 ; Ps 21 ; 1 Jn 3 18-24 ; Jn 15 1-8)


« Sans moi vous ne pouvez rien faire [1] »

Sans Moi qui suis la Vie [2], qui suis Dieu, qui seul est avec le Père et l’Esprit, vous ne pouvez rien faire de grand, de vrai, de durable.

Il nous faut réentendre cette Parole, alors que les « braves gens » s’imaginent être bons par eux-mêmes et n’avoir nul besoin du bon Dieu ! Ils se prévalent de leur honnête vie comme d’un passe-droit pour le Royaume des Cieux et de leurs bonnes œuvres comme d’une preuve suffisante de justice, qui n’a nul besoin de se référer à Jésus-Christ. Penser ainsi, c’est non seulement nier le péché de l’humanité, notre radicale indigence et finitude, mais encore rabaisser Dieu à notre portée… Or, la vie éternelle, Dieu, seront toujours, ici-bas, hors de notre portée… La sainteté et le salut ne peuvent être que des dons, offerts miséricordieusement… C’est ce que l’on appelle la grâce… « sans laquelle, que ce soit en pensée, en vouloir, en amour ou en action, les hommes ne font absolument aucun bien [3] », aucun bien, aucune œuvre qui soit proportionnée et méritoire de la vie éternelle…

C’est pourquoi Jésus Se donne à nous par les sacrements de Son Église afin de pouvoir « demeurer » en nous et produire Lui-même en nous et par nous des œuvres dignes de Dieu.

Cette union d’amour avec Jésus met en commun ce qui est à Lui et ce qui est à nous, et c’est ainsi que tout ce que nous pouvons désirer nous est donné…

1. Jn 15 5.

2. Cf. Jn 14 6.

3. S. Augustin, De Correptione et Gratia, II, 3 (PL 44, 917).