Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus !
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

Les forces de l’islam

La première force de l’islam, ou plutôt sa plus grande ruse, a été de faire croire qu’Allah est Dieu, l’unique et vrai Dieu. Combien en effet, même parmi les catholiques pratiquants, qui affirment sans sourciller que le Dieu des chrétiens et celui des musulmans est le même ?! Parler ainsi, c’est assurément ne plus être chrétien et déjà musulman. En effet, Allah ne peut pas être le vrai Dieu, le Dieu judéo-chrétien, pour mille et une raisons, dont celle-ci : le vrai Dieu ne Se contredit pas ! Or, Allah se contredit en affirmant que les Écritures juives et chrétiennes – qu’il aurait lui-même envoyées – auraient été falsifiées, ce qui justifierait l’envoi postérieur du Coran [1]. Mais si les Écritures juives et chrétiennes avaient été falsifiées, cela signifierait alors qu’Allah n’aurait pas été capable de protéger ses propres révélations de toute falsification… Et si Allah n’a pas été capable de protéger ses propres révélations de toute falsification, cela signifie, d’une part, qu’il a ainsi déjà donné la preuve de son incompétence, mais encore qu’il a menti, puisque dans les Écritures juives aussi bien que chrétiennes Dieu promet que Ses paroles ne passeront pas :

« L’herbe se dessèche, la fleur se fane, mais la Parole de notre Dieu subsiste à jamais [2]. »

« Le ciel et la terre passeront, mais Mes paroles ne passeront point [3]. »

« Qui oserait retrancher aux paroles de ce livre prophétique, Dieu retranchera son lot de l’arbre de Vie et de la Cité sainte, décrits dans ce livre [4] ! »

En d’autres termes, si le Coran apporte lui-même la preuve que l’on ne peut pas se fier à la parole d’Allah, le christianisme apporte par contre la preuve que le vrai Dieu ne Se contredit pas puisque les Écritures chrétiennes contiennent intégralement les Écritures juives… Ce que tout le monde peut vérifier ! Et donc, si les Écritures chrétiennes contiennent intégralement les Écritures juives, cela signifie que la promesse de Dieu que Sa Parole ne passe pas s’accomplit dans le christianisme ! Tandis que le Coran ne contient ni les Écritures juives ni les Écritures chrétiennes ! Qu’est-ce qu’il est le plus raisonnable de penser : que Dieu ment et qu’Il n’a pas été capable de garder Sa Parole, ou bien que l’islam est une imposture, l’Antichrist annoncé par Jésus-Christ [5] ?

Une autre force de l’islam est l’usage de la terreur. Terreur de l’Enfer promis à tous ceux qui ne sont pas musulmans, à commencer par les chrétiens qui sont tous voués à l’Enfer [6] ! Un musulman qui a grandi depuis son enfance dans cette croyance que tous les non-musulmans vont en Enfer ne peut évidemment que se réjouir de n’être pas autre chose que musulman ! Terreur ensuite parce que s’il s’avisait malgré cela de quitter l’islam, il mérite d’être mis à mort, ce qui incombe en premier lieu à la famille devant se laver ainsi d’une pareille ignominie ! Terreur enfin parce qu’Allah impose de haïr les non-musulmans [7] et de leur faire la guerre [8]… Tandis que le christianisme est venu rassembler dans l’unité de la Vérité révélée les enfants de Dieu dispersés [9], l’islam vient détruire cette unité en divisant l’humanité entre musulmans et non-musulmans… Alors que le christianisme a ouvert à l’ensemble de l’humanité l’Alliance conclue entre Dieu et le peuple juif, l’islam, qui ne saurait apporter quelque chose de plus, ne peut exister, comme Satan, qu’en s’opposant, niant et détruisant l’œuvre de Dieu. Sans le judéo-christianisme, en effet, l’islam n’existe pas. C’est pourquoi le conflit avec l’Occident n’est pas prêt de finir, puisque sans lui l’islam ne peut pas exister…

Une autre force de l’islam est d’exalter l’orgueil des musulmans en leur faisant croire qu’ils appartiennent à la meilleure des communautés [10]. Puisque c’est Allah qui le dit, c’est que cela doit être vrai… Sûrement que de ne pas manger de cochon, faire le ramadan ou chose semblable suffit pour mériter pareille distinction ! À cause de cela, les juifs, eux, ne sont que « des singes et des porcs [11] », et les chrétiens « qu’impureté [12] », le « pire de l’humanité [13] ». Quant aux autres hommes, ce n’est pas même la peine d’en parler !

Ce mépris souverain de tout ce qui n’est pas musulman non seulement enferme les musulmans dans l’ignorance de tout ce qui leur est étranger – c’est ainsi que lire la Bible est œuvre impie – mais encore leur [10] donne tous les droits sur ce qui n’est pas musulman. Qui pourrait en effet se justifier de respecter ce qui n’est « qu’impureté » et qu’Allah a de toute façon voué à l’Enfer ? C’est cette croyance démoniaque qui commande à des bandes de mettre à feu nos banlieues parce que l’un des leurs, nécessairement irréprochable et supérieur aux habitants d’un pays non-musulman et de ses lois, à eu maille à partir avec la police…

Une force encore de l’islam est sa légitimation, au nom d’Allah, des actes les plus bas de la nature humaine, comme la fornication, institutionnalisée en polygamie, qui, bien qu’apparemment limitée à quatre femmes, n’a pas véritablement de limite puisque la répudiation est aussi légitimée, et qu’il est donc possible de changer de femme autant de fois que l’on veut. La pédo-criminalité est elle-même institutionnalisée selon l’exemple que Mahomet en a donné en couchant avec Aisha, âgée de neuf ans ! En comparaison, étant donné les exigences de sainteté de l’enseignement et de la vie du Christ, n’ayant rien pour flatter la bassesse et les péchés des hommes (non-violence, amour des ennemis, esprit de pauvreté, chasteté…), la survie et l’expansion du christianisme tiennent vraiment du miracle…

Mais la plus grande force de l’islam est sans aucun doute l’apostasie généralisée des chrétiens et en conséquence leurs divisions. La perte de la Foi les empêche de voir dans l’islam, « qui ne vient que pour voler, tuer et faire périr [14] », l’Antichrist annoncé par Jésus :

« L’heure vient où quiconque vous tuera pensera rendre un culte à Dieu. Et cela, ils le feront pour n’avoir reconnu ni le Père ni Moi [15]. »

Ce qui est tout à fait le cas de l’islam, qui ne reconnaît pas les Personnes divines et croit que tuer au nom d’Allah est un commandement divin [16]. L’apostasie des chrétiens engendre à son tour les lâchetés et les compromissions face à l’islam des élites occidentales, tant religieuses que politiques…

« Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende [17] ! »


« Mahomet […] a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conformes à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement. En fait de vérités, il n’en a avancé que de faciles à saisir par n’importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n’a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l’inspiration divine, quand une œuvre visible qui ne peut être que l’œuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré. Il a prétendu au contraire qu’il était envoyé dans la puissance des armes, preuves qui ne font point défaut aux brigands et aux tyrans. D’ailleurs, ceux qui dès le début crurent en lui ne furent point des sages instruits des sciences divines et humaines, mais des hommes sauvages, habitants des déserts, complètement ignorants de toute science de Dieu, dont le grand nombre l’aida, par la violence des armes, à imposer sa loi à d’autres peuples. Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur ; bien au contraire il déforme les enseignements de l’Ancien et du Nouveau Testament par des récits légendaires, comme c’est évident pour qui étudie sa loi. Aussi bien, par une mesure pleine d’astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C’est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole, croient à la légère. »

S. Thomas d’Aquin, Somme contre les gentils, I, 6 (traduction de Réginald Bernier et Maurice Corvez, Paris, Cerf, 1993, p. 27).

1. Cf. sourates 2 59, 75, 79 ; 3 78 ; 4 46 ; 5 15, 41…

2. Is 40 8.

3. Lc 21 33.

4. Ap 22 19-20.

5. Cf. Mt 24 4-5, 11, 24 ; Ga 1 6-9.

6. Cf. sourates 9 113 ; 98 6.

7. Cf. sourate 60 4.

8. Cf. sourates 4 74 ; 8 12, 16 ; 9 39.

9. Cf. Jn 11 52.

10. Cf. sourate 3 110.

11. Sourate 5 60. Cf. 2 65 ; 7 166.

12. Sourate 9 28.

13. Sourate 98 6.

14. Jn 10 10.

15. Jn 16 2-3.

16. Cf. « Épuration religieuse en Somalie : Les chrétiens sont décapités », Poste de veille, 28 juillet 2009.

17. Lc 14 35.