Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus !
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

Angélus du 24 novembre 1985

« Grand est le Seigneur, et digne de toute louange [1]. »

1. Du fond du cœur, nous lui rendons grâce pour nous avoir accordé, en ce jour consacré à la solennité du Christ-Roi, de célébrer l’Eucharistie sur la tombe de l’apôtre Pierre, avec de nombreux cardinaux et avec les membres du Synode extraordinaire qui commence aujourd’hui.

Cela fut pour moi une grande joie. Nous avons comme revécu les expériences de prière des quatre sessions conciliaires, et nous y avons fait participer les frères qui ont été appelés à l’ordre épiscopal après le Concile.

Avec solennité, avec une émotion intérieure, avec le sens de la responsabilité envers la mission à laquelle la Providence nous a appelés, nous avons proclamé notre foi : la foi de l’Église, une, sainte, catholique, apostolique.

L’enrichissement et l’approfondissement de la foi sont les motivations dominantes du magistère conciliaire et les conditions nécessaires de la mise en pratique de ce magistère, dont on peut dire qu’ils sont le fruit immédiat.

« À Dieu qui se révèle est due l’obéissance de la foi par laquelle l’homme s’en remet tout entier et librement à Dieu, dans un complet hommage d’intelligence et de volonté (…), et dans un assentiment volontaire à la révélation qu’il fait de lui-même [2] ». Ces expressions synthétisent de manière efficace la dynamique de la foi comme acte qui engage les libres facultés de l’homme en réponse à l’action de Dieu, et se relient à la Constitution dogmatique Dei Filius du Concile Vatican I.

En réaffirmant cette doctrine, Vatican II ne manque pas de préciser les buts, les devoirs, les responsabilités qui incombent aux membres du Peuple de Dieu en ce domaine fondamental, particulièrement aux évêques [3], aux collaborateurs de l’ordre épiscopal [4] et à tous ceux qui exercent des activités éducatives, en commençant par les parents [5].

C’est un horizon très vaste que celui qui a été ouvert par le Concile à propos de la foi !

3. Liée à l’histoire et au caractère du Concile, il y eut la célébration de l’Année de la foi, voulue par le grand pontife Paul VI à l’occasion du XIXe centenaire du martyre des apôtres Pierre et Paul, et qui eut pour sommet la profession solennelle connue comme le « Credo du Peuple de Dieu ». La foi est le principe fondamental, elle est le pivot, le critère essentiel du renouveau voulu par le Concile. De la foi découlent la norme morale, le style de vie, l’orientation pratique en toute circonstance.

Avec l’aide de Dieu, avec la lumière du Saint-Esprit et la protection de la Vierge Marie, le Synode pourra donner un apport valable à l’enrichissement, à l’accroissement et à l’approfondissement de la foi, et représenter ainsi un moment privilégié dans la maturation des fruits du Concile.

À tous les fidèles du monde entier sans exception, j’adresse un appel pressant : accompagnez de votre prière incessante ce moment important du cheminement ecclésial.

Que Marie, la Reine des apôtres, la Virgo fidelis, nous accompagne constamment.

1. Ps 47 1.

2. Concile œcuménique Vatican II, Constitution dogmatique De divina Revelatione, n. 5.

3. Cf. id., Décret De Pastorali Episcoporum munere in Ecclesia, n. 12.

4. Cf. id., Décret De Presbyterorum ministerio et vita, n. 6.

5. Cf. id., Décret De Instrumentis communicationis socialis, n. 10.