Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

Nouvelle catéchèse… Nouvelle religion ?

TabgaLe hors-série n. 1 de la revue Tabga, éditée par le Service national de la catéchèse et du catéchuménat, est consacré au Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France et aux Propositions pour l’organisation de l’action catéchétique votés à Lourdes en novembre 2005, déjà, et qui ne sont toujours pas publiés : on ne les trouve ni sur le site de la Conférence des Évêques de France, ni dans la Documentation catholique… Si l’on doutait encore de la lourdeur des structures qui paralysent la vie de l’Église et que le cardinal Ratzinger comparait à la cuirasse dont le jeune David dut se défaire pour affronter le géant ennemi Goliath [1], une nouvelle preuve en serait en cela donnée… Mais, bref, voyons un peu quel avant-goût la revue officielle du Service national de la catéchèse et du catéchuménat en France nous présente de ce texte, fruit de la responsabilité pastorale des évêques après la vaste consultation qu’ils ont organisée en vue de renouveler la catéchèse.

Je passe sur la qualité de la typographie, qui est excellente, tant il est vrai que la Conférence des Évêques de France a depuis longtemps mis l’accent sur la « com »… au point même, hélas, de privilégier si bien le contenant que le contenu s’est retrouvé le parent pauvre de la proposition catéchistique, raison d’être de ces multiples et incertaines remises à jour ne pouvant cacher l’angoisse qui les conditionne et qu’elles ne peuvent en retour que générer.

Pour ne pas m’arrêter à ce point de détail, je voudrais faire remarquer dans cette revue un propos du Père Albert Gambart : « Arrêtons de nous soucier du salut des autres ! C’est le Seigneur qui sauve ! » (p. 37)… Si c’est bien le Seigneur qui sauve et si nous n’avons pas à nous soucier du salut des autres, alors, allons nous coucher ! Pourquoi faire encore de la catéchèse ? Mais n’est-ce pas le Seigneur Lui-même qui a envoyé Son Église jusqu’aux bouts du monde affronter tous les dangers [2] pour apporter le salut aux âmes [3] ? Peut-on imaginer trahison plus insigne de la mission du Christ qui a dit : « Je suis venu chercher et sauver ce qui était perdu [4] » ? Salut qu’Il a cherché au prix de Sa Passion… et qui devrait aujourd’hui si peu nous émouvoir que nous méprisions de voir fructifier ce Sang divin pour nous versé ? Paul était-il donc vraiment fou de se faire « tout à tous afin d’en sauver à tout prix quelques-uns [5] », lui qui enfantait dans les âmes le Christ « par la douleur [6] » et pour cela acceptait avec joie « les tribulations, les détresses, les angoisses, les coups, les prisons, les fatigues, les veilles, les jeûnes [7] » et le reste : le danger des faux frères… ? Mais jusqu’où irons-nous dans l’impiété ? Est-ce donc si peu de chose que d’être damné ? « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera condamné [8]. » Y croyons-nous encore ?

Mais probablement que dans la nouvelle catéchèse du Père Albert Gambart, prise en exemple par la Conférence des Évêques de France, il n’est plus question de l’enfer (cela fait d’ailleurs déjà si longtemps que l’on n’en parle plus, pour ne pas effrayer les petits enfants ! Honte à Notre-Dame de Fatima !), car il annonce bien ouvertement une rupture d’avec l’enseignement qui l’a précédé, rupture entre « le Dieu des chrétiens » d’aujourd’hui et « le Dieu de leur petite enfance ». Mais alors, ce Dieu des chrétiens d’aujourd’hui, s’il se distingue de celui des chrétiens de hier, est-il encore le même ? Et s’il n’est pas le même, d’où sort-il ? Y a-t-il eu une nouvelle révélation ? Le Père Gambart en est-il le nouveau prophète ? Est-ce cela qui expliquerait qu’il faille refonder la catéchèse ? La petite Jacinthe, sur son lit d’agonie, disait : « Les personnes qui servent Dieu ne doivent pas suivre la mode [9]. L’Église n’a pas de modes. Notre-Seigneur est toujours le même. » Revenir au Christ. Repartir du Christ. Avec questions et réponses. Certitude, joyeuse fierté et assurance ! Et laisser tomber les modes !

1. Cf. 1 S 17 38-39.

2. Cf. Mc 13 13 ; Jn 15 18.

3. Cf. Mt 28 19.

4. Lc 19 10.

5. 1 Co 9 22.

6. Ga 4 19.

7. 2 Co 6 4-5.

8. Mc 16 16.

9. C’est difficile quand on est habillé en civil !