Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

306.089 41 Anthropologie culturelle et sociale des Français

« Il est dans le caractère français de s’enthousiasmer, de se colérer, de se passionner pour le météore du moment, pour les bâtons flottants de l’actualité. Les êtres collectifs, les peuples seraient-ils donc sans mémoire ? »

Balzac (Honoré, de), Eugénie Grandet (Paris, Garnier-Flammarion, 1964, p. 114).

« […] le défaut reproché trop justement à nos Français de toujours faire de petites chansons sur les grandes affaires, et de grandes dissertations sur les petites. »

Beaumarchais (Pierre-Augustin Caron, de), Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville [Paris, Larousse, collection « Nouveaux classiques Larousse », 1959 (édition 1965), p. 48].

« César, […] redoutant la pusillanimité des Gaulois, car ils changent facilement d’avis et sont presque toujours séduits par ce qui est nouveau, estima qu’il ne devait se reposer sur eux de rien. Il est, en effet, dans les habitudes des Gaulois d’arrêter les voyageurs, même contre leur gré, et de les interroger sur tout ce que chacun d’eux peut savoir ou avoir entendu dire ; dans les villes, la foule entoure les marchands et les oblige à dire de quel pays ils viennent et ce qu’ils y ont appris. Sous le coup de l’émotion que provoquent ces nouvelles ou ces bavardages, il leur arrive souvent de prendre sur les affaires les plus importantes des décisions dont il leur faut incontinent se repentir, car ils accueillent en aveugles des bruits mal fondés et la plupart de leurs informateurs inventent des réponses conformes à ce qu’ils désirent. »

César (Jules), Guerre des Gaules, IV, 5 [traduction par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1926 (édition 1972), p. 100].

« En Gaule, non seulement toutes les cités, tous les cantons et fractions de canton, mais même, peut-on dire, toutes les familles sont divisés en partis rivaux […]. Le même système régit la Gaule considérée dans son ensemble : tous les peuples y sont groupés en deux grands partis. »

César (Jules), Guerre des Gaules, VI, 11 [traduction par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1926 (édition 1972), pp. 183-184].

« La cupidité excite les uns, les autres obéissent à leur emportement naturel et à la légèreté qui est le trait dominant de la race, et qui leur fait prendre un bruit sans consistance pour un fait certain. »

César (Jules), Guerre des Gaules, VII, 42, 2 [traduction par Léopold-Albert Constans, Paris, Les Belles Lettres, collection des Universités de France, 1926 (édition 1972), p. 240].

« Se croire un personnage est fort commun en France :
« On y fait l’homme d’importance,
« Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois.
« C’est proprement le mal françois :
« La sotte vanité nous est particulière. »

La Fontaine (Jean, de), « Le rat et l’éléphant », Fables, VIII, 15 (Paris, Garnier, collection « Classiques Garnier », 1939, p. 197).

« Les Français n’ont soin de rien et ne respectent aucun monument. Ils sont tout feu pour entreprendre et ne savent rien finir ni rien conserver. »

Rousseau (Jean-Jacques), Les Confessions, VI [Paris, Flammarion, 2002 (2e édition : 2003), p. 305].

« Tu as bien le caractère du Français, il veut tout savoir avant d’apprendre et tout comprendre avant de savoir. »

La Vierge Marie à Estelle Faguette [Vernet (Marie-Réginald), La Vierge à Pellevoisin, mère de miséricorde et mère de l’Église, Paris, Téqui, 1981, p. 238].

« La principale occupation [des Français] est l’amour ; la seconde, de médire ; et la troisième, de dire des sottises. »

Voltaire, Candide ou l’optimisme, XXI [Paris, Bordas, collection « Univers des Lettres Bordas », 1969 (édition 1984), p. 129].