Logo Regnat
Best viewed with God
Gratuité évangélique
Jésus !
Viewable With Any Browser Campaign
CSS valide
Valid XHTML 1.0 Transitional

882.01 Euripide

EURIPIDE

οὐ γάρ τι πάντες εὖ φρονοῦσι κοιράνοις,
ὥστ᾽ ἐν κακοῖσιν εὐμενεῖς παρεστάναι.

« Tous ne sont pas si attachés aux rois
qu’ils leur restent fidèles jusque dans le malheur. »

Euripide, Alceste, vv. 210-211 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 38).

βροτοῖς ἅπασι κατθανεῖν ὀφείλεται,
κοὐκ ἔστι θνητῶν ὅστις ἐξεπίσταται
τὴν αὔριον μέλλουσαν εἰ βιώσεται:
[…]
εὔφραινε σαυτόν, πῖνε, τὸν καθ᾽ ἡμέραν
βίον λογίζου σόν, τὰ δ᾽ ἄλλα τῆς τύχης.

« Tous les hommes sont redevables à la mort,
et il n’en est aucun qui sache seulement
si demain il vivra encore.
[…]
Tiens-toi en joie, enivre-toi et vis le jour présent,
le seul qui soit à toi. Inscris le reste au compte du destin. »

Euripide, Alceste, vv. 782-784, 788-789 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 70).

τὸν ἡβῶνθ᾽ […] οὐ ῥᾴδιον εἴργειν.

« Le sang jeune […] n’est pas aisé à contenir. »

Euripide, Alceste, vv. 1053-1054 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 83).

ῥᾷον παραινεῖν ἢ παθόντα καρτερεῖν.

« Il coûte moins de conseiller que d’endurer. »

Euripide, Alceste, v. 1078 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 84).

ὦ δόξα δόξα, μυρίοισι δὴ βροτῶν
οὐδὲν γεγῶσι βίοτον ὤγκωσας μέγαν.

« Apparence, ô apparence ! Combien de gens qui ne sont rien
te doivent une vie de faste et de grandeur ! »

Euripide, Andromaque, vv. 319-320 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 286).

πνοαὶ δ᾽ ὅταν φέρωσι ναυτίλους θοαί,
κατὰ πηδαλίων δίδυμαι πραπίδων γνῶμαι,
σοφῶν τε πλῆθος ἀθρόον ἀσθενέστερον
φαυλοτέρας φρενὸς αὐτοκρατοῦς.
ἑνὸς ἄρ᾽ ἄνυσις ἀνά τε μέλαθρα
κατά τε πόλιας, ὁπόταν εὑ-
ρεῖν θέλωσι καιρόν.

« Quand les vents déchaînés emportent les marins, deux avis à la barre et trop d’habiles rassemblés ne vaudront pas l’unique volonté, même moins sage, mais dont l’autorité est plénière. C’est là qu’il faut chercher la force des demeures et des cités. »

Euripide, Andromaque, vv. 479-485 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 292).

πᾶσι γὰρ κοινὸν τόδε,
ἰδίᾳ θ᾽ ἑκάστῳ καὶ πόλει, τὸν μὲν κακὸν
κακόν τι πάσχειν, τὸν δὲ χρηστὸν εὐτυχεῖν.

« La sécurité de tous, celle de chaque citoyen et celle de l’État, veut que le méchant soit puni, et que l’homme de bien soit satisfait. »

Euripide, Hécube, vv. 902-904 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 380).

ἐν τοῖς κακοῖς γὰρ ἁγαθοὶ σαφέστατοι
φίλοι: τὰ χρηστὰ δ᾽ αὔθ᾽ ἕκαστ᾽ ἔχει φίλους.

« C’est l’adversité qui atteste le mieux les sentiments des gens d’honneur. La félicité n’a que des amis. »

Euripide, Hécube, vv. 1226-1227 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 395).

δισσαὶ δ᾽ εἰσίν, ἡ μὲν οὐ κακή,
ἡ δ᾽ ἄχθος οἴκων. εἰ δ᾽ ὁ καιρὸς ἦν σαφής,
οὐκ ἂν δύ᾽ ἤστην ταὔτ᾽ ἔχοντε γράμματα.

« L’honneur a deux visages. L’un est louable, l’autre perd les maisons. Si la limite entre eux était bien nette, ils ne seraient pas deux à porter même nom. »

Euripide, Hippolyte, vv. 385-387 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 208).

γλώσσῃ γὰρ οὐδὲν πιστόν, ἣ θυραῖα μὲν
φρονήματ᾽ ἀνδρῶν νουθετεῖν ἐπίσταται,
αὐτὴ δ᾽ ὑφ᾽ αὑτῆς πλεῖστα κέκτηται κακά.

« On ne peut se fier à la langue. Elle sait donner de bons conseils aux autres, mais chacun de nous doit à la sienne bien des blessures. »

Euripide, Hippolyte, vv. 395-397 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 208).

ὅταν γὰρ αἰσχρὰ τοῖσιν ἐσθλοῖσιν δοκῇ,
ἦ κάρτα δόξει τοῖς κακοῖς γ᾽ εἶναι καλά.

« Si des seigneurs approuvent l’inconduite
des vilains à coup sûr la tiendront glorieuse. »

Euripide, Hippolyte, vv. 411-412 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, pp. 208-209).

ἡ γλῶσσ᾽ ὀμώμοχ᾽, ἡ δὲ φρὴν ἀνώμοτος.

« Ma bouche a juré, non mon cœur. »

Euripide, Hippolyte, v. 612 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 219).

ἥπερ μεγίστη γίγνεται σωτηρία,
ὅταν γυνὴ πρὸς ἄνδρα μὴ διχοστατῇ.

« Le salut est assuré lorsque femme et mari vivent en harmonie. »

Euripide, Médée, vv. 14-15 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 105).

δεινή τις ὀργὴ καὶ δυσίατος πέλει,
ὅταν φίλοι φίλοισι συμβάλωσ᾽ ἔριν.

« Redoutable colère, malaisée à calmer,
celle qui met aux prises ceux qui furent unis. »

Euripide, Médée, vv. 520-521 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 127).

πένητα φεύγει πᾶς τις ἐκποδὼν φίλον.

« La pauvreté met les amis en fuite. »

Euripide, Médée, v. 561 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 129).

καὶ μανθάνω μὲν οἷα τολμήσω κακά,
θυμὸς δὲ κρείσσων τῶν ἐμῶν βουλευμάτων,
ὅσπερ μεγίστων αἴτιος κακῶν βροτοῖς.

« Je ne sais devant quel crime je me trouve
mais la colère emporte mes résolutions,
la colère, qui a perdu tant d’hommes. »

Euripide, Médée, vv. 1078-1080 (Tragédies, traduction par Marie Delcourt-Curvers, Paris, Gallimard, collection « Le Livre de poche classique », 1968, p. 157).